Surveillance environnementale des zones industrialo-portuaires (2020 – 2022)

Les activités humaines et l’industrie maritime peuvent avoir un impact considérable sur les écosystèmes en modifiant la dynamique côtière avec des infrastructures massives et en fragilisant des habitats naturels de grande valeur écologique. Afin d’améliorer leur performance environnementale, de nombreux acteurs du secteur adhèrent volontairement à des programmes de certification environnementale. Si les méthodes de suivi in situ présentent des limites en termes de couverture spatiale, les avancées en matière de télédétection satellitaire, d’intelligence artificielle et de traitement des données massives offrent des solutions prometteuses pour le suivi des zones indutrialo-portuaires.

Dans le cadre de l’initiative SmartEarth de l’Agence Spatiale Canadienne (ASC), ARCTUS, en partenariat avec le Port de Sept-Îles et le Centre d’expertise industrialo-portuaire de l’Institut nordique de recherche en environnement et santé au travail (INREST), a reçu une subvention pour développer un système de surveillance par satellite des zones industrialo-portuaires. Le système vise à fournir des produits d’Observation de la Terre qui répondent aux besoins des utilisateurs finaux (gestionnaires) sur une base quotidienne ou bihebdomadaire. Les données géospatiales produites (p. ex., la turbidité) en temps quasi réel permettent de compléter les observations in situ ponctuelles et sporadiques.

Les variables environnementales estimées des données satellitaires inclus notamment la turbidité, les matières en suspension (MES), la matière organique dissoute colorée (MODC), la chlorophylle-a, la température de surface de la mer. Ces variables générées automatiquement par la chaîne de traitement se basent sur les données provenant de multiples capteurs satellitaires: Sentinel-2 (ESA), Landsat-8 et -9 (NASA/USGS), et PlanetScope (Planet Labs). La chaîne de traitement est mise en œuvre dans la plateforme d’exploitation thématique côtière (C-TEP) de l’ESA, qui donne accès à un grand volume de données d’observation de la Terre structurées, à des logiciels de traitement, à des services, à des algorithmes et à des ressources informatiques.

Enfin, en collaboration avec l’entreprise CartoVista, un portail web a été mis en place pour afficher et diffuser rapidement les produits d’observation de la Terre aux utilisateurs finaux (autorités portuaires), améliorant ainsi leur capacité de surveillance et réduisant potentiellement les délais de réponse. De plus, l’interface conviviale produite par Cartovista, la plateforme PAVOT (Plateforme d’Analyse et de Visualisation des produits d’Observation de la Terre ; https://online.cartovista.com/pavot), comprend des outils d’analyse de données en ligne (statistiques, graphiques, capacités de cartographie) qui permet aux utilisateurs non-expérimentés en télédétection ou en géomatique d’analyser les données.