Étude de faisabilité du suivi environnemental pour le projet d’extension du terminal portuaire de Contrecoeur (2017 -2018)

L’Agence spatiale canadienne (ASC), Service public et approvisionnement Canada (SPAC) et l’Administration portuaire de Montréal (APM) ont confié au consortium Hatfield et Arctus la réalisation d’une étude de faisabilité visant à identifier les technologies d’observation de la Terre (TOT) qui conviendraient le mieux à la surveillance de l’environnement pendant la construction et l’exploitation d’un nouveau port à conteneurs à Contrecœur. Le futur port sera situé à environ 40 km à l’est de Montréal et aura une longueur de 675 m pouvant accueillir de grands navires océaniques. Une zone d’approche et d’amarrage sera créée en face du quai par le dragage d’environ 840 km³ de sédiments. La construction s’échelonnera sur trois ans.

L’étude de faisabilité se concentrait sur la surveillance de variables environnementales regroupés dans cinq thèmes prioritaires identifiés par les partenaires : (i) les matières en suspension dans la colonne d’eau ainsi que la turbidité ; (ii) les changements des berges liés à l’érosion et à l’accrétion ; (iii) les herbiers aquatiques et de l’habitat des poissons ; (iv) les zones humides ; (v) les surfaces terrestres à proximité du chantier.

Les travaux menés par Hatfield et Arctus pour réaliser l’étude ont consistés à:

  • identifier les besoins et les exigences des partenaires en matière d’observation,
  • identifier les TOT pouvant le mieux répondre aux besoins et exigences du client et évaluer qualitativement leur potentiel (faible à élevé),
  • analyser des lacunes technologiques, et
  • formuler des recommandations.